Sur la voie de la libération du droit au plaisir !

Mis à jour : 23 déc. 2020

Un an après le départ d'Omar Al-Bachir, le Soudan vient de promulguer une loi visant à interdire l'excision. C'est une victoire considérable pour les femmes d'un pays réputé pour être le champion de ces mutilations génitales.

© AFP / Yasuyoshi CHIBA

L’excision, que l’on peut appeler aussi mutilation génitale ou sexuelle féminine est une pratique qui consiste en une ablation rituelle d’une partie du sexe féminin et le plus souvent du clitoris. Ce rituel est pratiqué dans 29 pays d’Afrique et du Moyen Orient principalement.

D’après plusieurs témoignages, l’excision produit une douleur inimaginable, l'hémorragie qui s’ensuit peut entraîner la mort subite de la jeune fille. Plus tard, cette dernière pourra avoir des difficultés à enfanter… mais surtout, cette pratique traumatise à vie. Cette mutilation a un impact très important dans la vie sexuelle future des femmes, elles peuvent connaître des douleurs ou un plaisir sexuel diminué au cours des rapports , par exemple en raison des dommages liés à l'ablation de tissus sensibles tel que le gland du clitoris.

Au Soudan, 87 % des filles/femmes de 15 à 49 ans ont subi une forme ou une autre de mutilation sexuelle. Pour la plupart d’entre elles, la mutilation a lieu avant l’âge de 11 ans. Dans ce pays d’Afrique, cette pratique est ancrée dans les traditions culturelles : c’est considéré comme un rite de passage, les femmes non-excisées sont considérées comme impures et sont mises à l’écart.

Et pourtant, en pleine crise mondiale du coronavirus, le Soudan a criminalisé cet acte. Le 22 avril 2020, un cap a été franchi à travers le vote d’une loi interdisant l’excision. A partir de cette date, une mutilation de ce genre est une entorse au code pénal qui rend son auteur passible de 3 ans d’emprisonnement. Cette mesure intervient 1 an après la chute du régime d’Omar Al-Bachir, sous la pression de la rue. Cet autocrate a été à la tête du pays pendant 30 ans grâce à un coup d’état soutenu par les islamistes, il avait écarté, en 2015 un projet de loi contre l’excision. Les femmes soudanaises, dans cette révolte ont joué un rôle majeur.

Nous pouvons donc dire qu' un vrai cap est franchi au Soudan, une grande victoire pour les femmes ! J’espère pouvoir écrire un article bientôt annonçant que l’excision est abolie partout...

  N'hésitez pas à partager cet article pour nous soutenir !

Violet - Bleu dégradé

Abonnez-vous et recevez nos articles

et éditions spéciales !

Entrez votre adresse mail préférée pour vous inscrire.

© 2021 Fen'omène / Maël Zouareg-Truffier 

Les écrits de ce site sont la propriété de ceux qui en sont à l'origine. Chaque image est libre de droit et chaque court extrait vidéo ou audio est utilisé à but non commercial.

Conditions générales d'utilisation (CGU)

    • Facebook - Cercle blanc
    • Instagram - Cercle blanc
    • YouTube - Cercle blanc
    • Spotify - Cercle blanc