• Claire

Suppression des tickets de caisse pour l’environnement. Vraiment ?

Dernière mise à jour : 21 févr.

En 2019 dans le cadre de la prévention des pollutions, des risques et des nuisances, le gouvernement vote différents textes de loi dont un concernant la lutte pour le réemploi et le gaspillage (Article L541-15-10). Ce texte prend en compte la mise en place des sacs payants à la caisse, la suppression de la vente des produits plastiques à usage unique, l’interdiction de l’impression des tickets de caisse, de carte bancaire et autres sauf demande du client et l'interdiction de don d'échantillon de produit sauf demande du consommateur. Vous avez dû remarquer la mise en œuvre de certaines de ces conditions. Ici nous allons nous intéresser au ticket de caisse et pourquoi c'est une fausse bonne idée.




A quand la suppression ? Et dans quel but ?


Cette suppression se fait en plusieurs étapes. Depuis le 1er septembre 2020 les tickets inférieur à 10 € ne sont imprimés que sur la demande du consommateur. Depuis le 1er janvier 2021 ce sont les tickets inférieurs à 20 €. Et depuis le 1er janvier 2022 se sont maintenant les tickets inférieur à 30 €. La suppression définitive sauf demande du consommateur est prévue pour le 1er janvier 2023. Mais comme vous pouvez certainement le remarquer le consommateur n’est pas toujours questionné sur l'impression de ce ticket de caisse.

Le but ici étant de réduire les déchets et donc la pollution. Un supermarché utiliserait en moyenne 10 600 rouleaux de papier par an, ne plus les imprimer pourrait donc être un gain financier tout en étant "écolo". De plus les tickets contiennent des perturbateurs endocriniens, qui sont à l’origine d’infertilité et autre dérèglement hormonal. Mais devons-nous rappeler que ces perturbateurs sont présents dans une grande majorité des produits plastiques que nous fréquentons quotidiennement ?

Quelles en sont les conséquences ?

La première conséquence serait d’un point de vue pratique. Comment procéder à un échange de produits sans ticket ? Comment certifier mon achat ? Comment faire mes comptes ? À ces questions le gouvernement propose la solution suivante : l’envoi par mail du ticket. Mais vient s’ajouter ici la seconde conséquence, en effet l’envoi par mail soulève un gros problème : la pollution. Et oui un mail pollue, et pollue bien plus qu'un bout de papier. En effet un mail est égal à environ 4g de CO2 ce qui peut paraître peu mais en moyenne un français conserve 10 000 à 50 000 mails dans sa boîte de réception, alors imaginez avec tous les tickets de caisse en plus. Cette pollution s’explique en majeure partie par le refroidissement des serveurs qui stockent les données. 4% des émissions de gaz à effet de serre proviennent du secteur numérique. Ce qui équivaut à environ 410 millions de tonnes de CO2 par an. L’on se demande même si la pollution du secteur numérique ne va pas dépasser celle du secteur aérien qui est actuellement à environ 859 million de tonnes par an. Et l’on considère que ces chiffres peuvent doubler d’ici 2025 notamment avec l’augmentation du télétravail.

De plus recevoir ses tickets par mail et donc donner son adresse mail aux commerçants ne garantit en rien la protection des données, vous pouvez donc recevoir des spams.


En conclusion, le gouvernement ici s’est penché sur le mauvais problème, internet pollue de plus en plus, il faudrait mieux, au contraire, se concentrer sur le papier et savoir bien le recycler.

Comment agir à notre échelle ?


Tout d’abord il ne faut pas hésiter à demander votre ticket de caisse pour qu’il ne se retrouve pas au fin fond de votre boîte de réception. Ensuite essayez de faire un tri régulier dans vos mails afin de supprimer ceux qui ne vous sont plus utiles.


Claire






  N'hésitez pas à partager cet article pour nous soutenir !