• Zoé B.

Papillonner en toute sécurité

Mis à jour : il y a 3 jours

Hey toi ! Tu dois sûrement faire partie de la majorité des jeunes qui ne connaissent pas le papillomavirus. T’inquiète pas, ce n’est pas une insulte car on n’en parle pas beaucoup.

En tout cas, que tu saches de quoi il s’agit ou non, la suite de l’article t’en apprendra davantage.


Le Papillomavirus nommé plus scientifiquement HPV est une infection sexuellement transmissible (IST) virale. Le Papillomavirus est un virus qui infecte la peau et les muqueuses du corps humain.

Ce virus est hyper contagieux car il touche aussi bien les hommes que les femmes et il est super résistant au milieu extérieur ce qui explique une contamination possible par les objets souillés. On considère que 70 % des hommes et des femmes sexuellement actifs seront infectés par l’HPV au cours de la vie. Donc oui, tu l’attraperas sûrement toi aussi. Le papillomavirus est dans 90 % des cas éliminé par l’organisme. Jusqu’ici tu te dis sûrement que ce n’est donc pas très grave, c’est vrai mais il reste ces 10 % de personnes qui seront porteuses du papillomavirus à haut risque.

Effectivement, parfois ce virus n’est pas éliminé et risque de se transformer en cancer du col de l’utérus, de la vulve, du vagin, de l’anus, du pénis, de la bouche ou de la gorge et là...ça devient plus compliqué.

L’infection devient un cancer parce que ce virus vient « parasiter » l’ADN d’une cellule normale et faire bugger le code de celle-ci. Il y a donc un mauvais renouvellement de cette cellule.

Le cancer du col de l’utérus est exclusivement dû au papillomavirus. Il représente le quatrième cancer de la femme dans le monde en termes de nombre de malades. En France, c’est huit femmes diagnostiquées du cancer du col chaque jour et trois femmes qui en meurent (avant l’âge de 60 ans).

Impressionnant hein ?! Et pourtant tu n’en avais jamais entendu parler.

Il y a des facteurs qui accélèrent le risque d’un cancer : le tabagisme (la plupart des femmes qui ont le cancer du col de l’utérus sont des fumeuses), la précocité des rapports, la multitude de partenaires et la présence d’autres IST.

Le Papillomavirus peut se transmettre dès le premier rapport, mais aussi tout au long de sa vie sexuelle. Il est très contagieux : 35 à 45 % des jeunes l’attrapent dans les quatre premières années qui suivent le début de la vie sexuelle. Il s’attrape par la pénétration mais aussi dans tous les préliminaires car il est minuscule et passe partout. Le préservatif n’est d’ailleurs pas efficace car le virus est tellement petit qu’il traverse la barrière de cette protection contrairement au virus du sida qui est assez gros pour que le préservatif le bloque. Je te vois venir mais ce n’est pas pour autant une excuse pour ne pas mettre de préservatif !

Bon, jusqu’ici ce n’est pas très drôle et plutôt alarmant mais ne t’inquiète pas : tu es loin d’être condamné à l’attraper, il existe une solution.

Pour prévenir contre l’infection, il existe un vaccin qui est gratuit (pas besoin d’être riche pour se protéger). La vaccination est conseillée pour les jeunes filles dès l’âge de 11 ans et BONNE NOUVELLE depuis décembre dernier il est aussi remboursé pour les garçons.

La vaccination contre le papillomavirus n’est pas dans les mœurs en France car les français sont méfiants vis à vis des vaccins craignant de graves risques d’effets secondaires. Cependant sur 270 millions de doses vaccinales administrées à travers le monde, l’OMS (organisation mondiale de la santé) n’a toujours pas observé d’effets indésirables graves liés au vaccin.

En Australie, il est prouvé que ce vaccin fonctionne car depuis plus de quinze ans qu’il est proposé aux filles et aux garçons, on n’observe pas de nouveaux cas de cancer du col de l’utérus.

En France, on a commencé par vacciner uniquement les filles car ce sont les plus touchées en termes de risques mais ces dernières années les médecins ont remarqué une forte augmentation des cas de cancer de l’anus, de la bouche et de la gorge chez les femmes mais aussi chez les hommes. Et oui messieurs vous êtes concernés !

Les scientifiques cherchent à vacciner les gens de plus en plus jeunes car il est prouvé que plus on s’y prend tôt plus le vaccin est efficace.

La complexité de ces infections dues au papillomavirus est qu’il n’y a aucun symptôme. Il est donc très important d’aller se faire dépister régulièrement. L’efficacité du vaccin est de 95 % donc ce dépistage s’adresse aussi aux femmes vaccinées.

Par ailleurs, le nombre de cas diminuerait si l’ensemble des femmes se faisait dépister plus souvent.

Le sujet est très peu connu des jeunes car il n’est pas assez pris au sérieux et n’est pas abordé dans les cours d’éducation sexuelle mais ce virus est bien réel et ne demande qu’à devenir célèbre, se répandre partout… alors prends garde à toi !

Zoé Bouverne

  N'hésitez pas à partager cet article pour nous soutenir !

Violet - Bleu dégradé

Abonnez-vous et recevez nos articles

et éditions spéciales !

Entrez votre adresse mail préférée pour vous inscrire.

© 2021 Fen'omène / Maël Zouareg-Truffier 

Les écrits de ce site sont la propriété de ceux qui en sont à l'origine. Chaque image est libre de droit et chaque court extrait vidéo ou audio est utilisé à but non commercial.

Conditions générales d'utilisation (CGU)

    • Facebook - Cercle blanc
    • Instagram - Cercle blanc
    • YouTube - Cercle blanc
    • Spotify - Cercle blanc