Ils ne confineront pas notre rage !

Mis à jour : il y a 3 jours

Ce temps de confinement est propice au questionnement de notre système économique actuel. La société du consumérisme est-elle celle dans laquelle nous voulons vivre?

Crédit Photo : Rédaction de Fen'omène

Si tu suis un peu les réseaux, tu as dû voir passer un grand nombre de slogans qui dénoncent la politique actuelle. L’épidémie du coronavirus révèle beaucoup d’inégalités criantes. En cette période de confinement, on ne peut vraiment plus ignorer que tous les français ne sont pas égaux : logement, accès internet, revenus, ... rendent cette période très différente d’une famille à l’autre, sans parler de ceux qui n’ont pas de toit.

Soudainement, ceux qui exercent les métiers les mieux payés nous apparaissent bien inutiles et leur rémunération exorbitante. Alors qu’en cette période troublée, les métiers essentiels sont ceux qui nous permettent de continuer à vivre : tous les personnels de santé, du médecin à l’aide-soignante, mais également les agriculteurs ou encore, de façon plus générale, nos services publics, trop souvent vilipendés, comme le souligne Dominique Méda dans cet article

Crédit Photo : Rédaction de Fen'omène

« Covid = symptôme / maladie = capitalisme »

« On s’arrête, on réfléchit »

« Ne pas revenir à la normalité car la normalité c’était le problème »

Le coronavirus a fait plus de 1 million de malades dans le monde et, malheureusement, ce n’est pas fini… Mais aujourd’hui, la vraie maladie est le capitalisme. Le capitalisme triomphant a poussé l'Etat à abandonner les services publics depuis bien longtemps et maintenant on se retrouve bloqué parce que les hôpitaux n’ont plus d’argent et plus assez de lit… L’Etat est resté trop longtemps sourd aux cris d’alarme des personnes travaillant dans le milieu hospitalier. Le capitalisme et ses conséquences ne sont-ils pas la vraie maladie de notre société? Le nombre de morts causés par la non prise en compte des bouleversements environnementaux est encore beaucoup plus élevé que celui causé par le coronavirus. L’état compte son argent, affiche ses priorités, nous on comptera les morts.

Alors maintenant, on s'arrête et on réfléchit ! Nous sommes tous bloqués chez nous donc nous avons le temps de nous informer, de regarder le monde tourner en rond et réfléchir à notre système de valeurs. Ne vois-tu pas qu’il y a un problème quelque part ? Quand la vie reprendra son cours, as-tu envie que nous continuions cette course folle aux profits individuels? J’espère que cette crise sanitaire aura également fait réfléchir nos dirigeants et, si ce n’est pas le cas, nous serons présents pour leur rappeler que nous aussi nous avons droit à la parole!

Alors en attendant, faisons fleurir les banderoles à nos fenêtres !


Anouk

  N'hésitez pas à partager cet article pour nous soutenir !

Violet - Bleu dégradé

Abonnez-vous et recevez nos articles

et éditions spéciales !

Entrez votre adresse mail préférée pour vous inscrire.

© 2021 Fen'omène / Maël Zouareg-Truffier 

Les écrits de ce site sont la propriété de ceux qui en sont à l'origine. Chaque image est libre de droit et chaque court extrait vidéo ou audio est utilisé à but non commercial.

Conditions générales d'utilisation (CGU)

    • Facebook - Cercle blanc
    • Instagram - Cercle blanc
    • YouTube - Cercle blanc
    • Spotify - Cercle blanc